Elisabeth Pochon Députée de la 8è circonscription de la Seine-Saint-Denis (Rosny-sous-bois, Villemomble, Gagny)

Retour sur la mission parlementaire au Portugal

En tant que membre du groupe d’amitié France-Portugal, j’ai participé à une mission parlementaire entre le lundi 3 et le jeudi 6 avril 2016, à l’invitation de M. Eduardo Ferro Rodrigues, Président de l’Assemblée de la République du Portugal, et de M. Carlos Alberto Gonçalves, président du groupe d’amitié Portugal-France.

La délégation était conduite par la présidente du groupe d’amitié, Christine Pires Beaune (députée PS du Puy-de-Dôme), accompagnée de Jean Launay (député PS du Lot), Olivier Marleix (député LR d’Eure-et-Loir) et moi-même.

À Lisbonne, nous nous sommes recueillis sur la tombe de Mario Soares, homme politique socialiste et ancien Président de la République portugaise. Le soir, la délégation a été conviée par l’ambassadeur de France, Jean-Michel Casa, à un dîner à sa résidence du Palais de Santos, réunissant députés français et portugais des deux groupes d’amitié. Les principaux thèmes abordés ont été les relations franco-portugaises et en particulier l’enseignement du français au Portugal et du portugais en France et les conséquences de nos contraintes budgétaires sur notre présence culturelle.

Le lendemain mardi, la délégation s’est rendue à Mafra, au nord de Lisbonne, où elle a été reçue par le maire de la ville pour un entretien. Nous ont ainsi pu prendre connaissance du système portugais de gestion des collectivités municipales puis visiter l’impressionnant Palais national. Le maire a ensuite convié la délégation à un déjeuner à Ericeira, station internationalement renommée pour sa pratique du surf. Le soir, un spectacle de Fado nous a permis d’apprécier la tradition du « saudade » à Lisbonne.

Le mercredi, à l’Assemblée de la République, après une visite du Palais de Sao Bento, la délégation a obtenu une audience du Président et s’est entretenue avec les représentants des principaux groupes politiques présents à l’Assemblée : le Parti socialiste (PS), le Bloc des Gauches ((BE) et le Parti communiste portugais (PCP), de la majorité soutenant le Premier ministre Antonio Costa, ainsi que l’opposition avec le Parti social-démocrate (PSD) du Premier ministre sortant Pedro Passos-Coelho.

La présidente de la commission des Affaires européennes, Regina Bastos, de même que le président de la commission des Affaires étrangères, Sergio Sousa Pinto, ont organisé une rencontre avec les membres de leur commission.

Les entretiens ont essentiellement porté sur la situation économique du Portugal, le rôle de l’Union européenne et les perspectives politiques de la coalition soutenant le Gouvernement. Les relations se sont tendues avec la Commission de Bruxelles en raison de ses exigences pour la réduction des déficits publics. Les principales critiques ont porté sur le rôle de la direction de la concurrence accusée de favoriser les grandes banques. Les députés portugais se sont également déclarés préoccupés par l’application de la « Clause Molière » par plusieurs régions et départements français. Cette clause qui impose l’usage du français sur les chantiers publics pour les travailleurs détachés voit sa légalité contestée par ses opposants.

La délégation a enfin été saluée par l’Assemblée de la République au cours de sa séance publique. Nous nous sommes ensuite rendus à Cascais, cité estivale et littorale proche de Lisbonne. Le maire de la ville nous a reçu dans sa salle historique du Conseil ornée de très beaux azulejos.

Le jeudi, la délégation s’est rendue à Sintra, cité chargée d’histoire, pour une rencontre suivie d’un déjeuner avec le maire de la ville. Cela a été l’occasion pour nous d’admirer les deux joyaux architecturaux que sont le Palais national et le Palais de la Pena.

Tout au long de cette passionnante mission, la délégation a pu apprécier l’extraordinaire chaleur de l’accueil de nos amis portugais et leur volonté affirmée de développer nos échanges. Les présidents du groupe d’amitié et de la commission des Affaires étrangères se sont relayés pour constamment accompagner la délégation dans tous ses entretiens et déplacements. La plupart du temps, nos interlocuteurs se sont exprimés dans un excellent français.

Le groupe d’amitié France-Portugal devra répondre à cette francophilie affirmée en se montrant à la hauteur d’une relation interparlementaire appelée à se développer pour promouvoir le développement des relations politiques et culturelles entre nos deux pays si proches.