Elisabeth Pochon Députée de la 8è circonscription de la Seine-Saint-Denis (Rosny-sous-bois, Villemomble, Gagny)

Pourquoi parle-t-on tant de la présidence de la Commission européenne dans les médias ?

C’est la grande nouveauté de cette élection. Suite au traité de Lisbonne de 2007, les différents chefs de gouvernement devront choisir le nom du président de la Commission européenne en tenant compte des résultats des élections du 25 mai.

Ce nom sera soumis à l’approbation du parlement européen.
Par exemple, si les socialistes remportent les élections européennes, mais que le candidat de la droite conservatrice, Jean-Claude Junker, est proposé au vote, les députés pourront refuser sa présidence. Ainsi le nom du futur président de la Commission dépendra fortement de votre vote le 25 mai.

La Commission européenne remplit un rôle essentiel. Elle décide des grandes lignes des futures lois qui seront élaborées par le Parlement et le conseil de l’UE, veille au respect des traités et exécute les politiques décidées.

Ainsi, l’élection du 25 mai influera directement sur l’orientation donnée à l’Europe. Le candidat socialiste, l’Allemand Martin Schulz, veut mettre fin à l’austérité décidée par les conservateurs au pouvoir, tout en combattant les propositions des eurosceptiques et des populistes. Relancer la croissance et recréer des emplois sur notre continent passeront par d’autres méthodes, qui doivent tenir compte de la justice sociale et de la transition écologique.

Le 25 mai, votre vote aura donc deux rôles : choisir vos eurodéputés, et contribuer à l’élection du président de la Commission européenne.

L’Europe représente un enjeu considérable. Pour choisir sa future orientation, mobilisons-nous !