Elisabeth Pochon Députée de la 8è circonscription de la Seine-Saint-Denis (Rosny-sous-bois, Villemomble, Gagny)

Journée des droits des femmes 2017 : des progrès pour l’égalité depuis 2012

Ce mardi 8 mars était marqué par la 40e journée internationale des droits des femmes. Ce fut l’occasion de dénoncer les inégalités existantes telles que les salaires 26% moins élevés en moyenne pour les femmes par rapport aux hommes. Ainsi de nombreuses femmes ont cessé de travailler à 15h40 pour dénoncer ce phénomène.

Je soutiens vivement cette initiative, ainsi que toutes celles visant à améliorer les droits des femmes. Un combat quotidien et sans relâche, en France et dans le monde entier. Plus que jamais, restons mobilisé(e)s. En cette journée internationale pour les droits des femmes, plus que des cadeaux ou des fleurs, nous voulons l’égalité réelle.

Malgré les inégalités existantes, il faut également souligner l’engagement déterminé du gouvernement sous ce quinquennat.

Depuis 2012 des moyens importants ont été déployés :
- Le budget alloué aux droits des femmes a été doublé sur toute la durée du quinquennat ;
- Des lois importantes ont été adoptées. Parmi elles, la loi du 4 août 2014 pour l’égalité réelle entre les femmes et les hommes, la loi du 13 avril 2016 visant à lutter contre le système prostitutionnel et à accompagner les personnes prostituées, ou encore la loi du 17 mai 2013 relative à l’élection des conseillers départementaux, des conseillers municipaux et des conseillers communautaires, qui a imposé la parité au sein des conseils départementaux.
- L’Etat s’est montré exemplaire, notamment en matière de primo-nominations de femmes pour les postes de la haute fonction publique ou encore l’engagement de tous les ministères pour l’obtention du label Egalité en 2017.
- Des plans importants ont également été lancés, à l’image du premier plan interministériel en faveur de l’égalité professionnelle, du 5ème plan de lutte contre les violences faites aux femmes et du plan d’actions et de mobilisation contre le sexisme, initié le 8 septembre dernier.

Cette détermination a produit des résultats concrets dans la vie des Françaises et des Français :

- Les femmes victimes de violences sont aujourd’hui mieux prises en charge et mieux protégées. Le 39 19, dispositif d’écoute, accueille chaque année 50 000 femmes victimes de violences, un chiffre en constante augmentation. 1 550 places d’hébergement d’urgence ont été créées, plus de 300 000 professionnel.le.s ont été formé.e.s, et le téléphone grave danger a été généralisé.
- Les familles monoparentales, composées à 85 % de femmes, sont mieux protégées contre les violences économiques et l’isolement grâce à la création de la garantie contre les impayés de pensions alimentaires (GIPA) et de l’Agence de recouvrement des impayés de pensions alimentaires (ARIPA).
- Le droit des femmes à disposer librement de leur corps a également été assuré grâce au remboursement à 100 % de l’interruption volontaire de grossesse (IVG) et de tous les actes associés, à la suppression de la notion de détresse, du délai de réflexion et de l’extension du délit d’entrave, grâce à la diffusion d’une information fiable et objective sur le premier site officiel www.ivg.gouv.fr, et via un numéro d’écoute et d’orientation.
- Sur le marché du travail, le taux d’emploi des femmes a augmenté. Entre 2012 et 2015, le nombre de femmes entrepreneures a plus que doublé. Et aujourd’hui, près de 40 % des entreprises de plus de 50 salariés ont signé un accord sur l’égalité professionnelle.
- L’articulation des temps de vie a également été favorisée grâce à la réforme du congé parental qui incite à une meilleure répartition entre les deux parents, et l’ouverture de 70 000 nouvelles places de crèches entre 2012 et 2015.

La France est ainsi passée du 45ème au 17ème rang mondial en matière d’égalité femmes-hommes entre 2012 et 2016, selon l’étude annuelle du Forum économique mondial (basée sur 4 indicateurs : les opportunités économiques, l’éducation, la santé et l’émancipation politique).

L’objectif étant la première place, les progrès effectués depuis 2012 doivent se poursuivre et s’amplifier.